Au Bonheur des Dames : l'arrivée de Denise

Nous retrouvons Octave Mouret, patron du magasin Au Bonheur Des Dames. Son personnage est inspiré par Auguste Hériot, celui qui a fondé les grands magasins du Louvre. Son mariage avec Mme Hédouin lui fait accéder à ce poste de directeur et lui permet, à la mort de son épouse, d'imposer sa vision des choses. Les petites boutiques pâtissent de cette nouvelle notoriété, car Au Bonheur Des Dames s'agrandit et rafle la clientèle parisienne. Nous suivrons aussi les tribulations de Denise Baudu accompagnée de ses frères Jean et Pépé, arrivés tout droit de leur Normandie natale. La boutique de son oncle étant en déficit, Denise trouve un emploi en face, chez Au Bonheur Des Dames. Remarquée par Mouret, Denise sera embauchée au rayon des confections. Ses collègues lui font sentir douloureusement son passé de provinciale et elle subit les railleries provoquées par ses tenues vestimentaires. Ayant besoin de plus d'argent pour subvenir aux besoins de ses frères, elle finit par travailler la nuit en acceptant de coudre des nœuds de cravates que lui fournit Robineau, gentil commis du rayon soie. Une collègue rompue à l'exercice du charme lui soumet l'idée de prendre un amant, mais Denise s'y refuse, le comportement de son patron, Mouret, la troublant de jour en jour. Celui-ci sent une attirance pour son employée sans parvenir à l'identifier. Il n'est pas habitué à ces sentiments-là. Denise craint pour sa place lors de la morte-saison en Juillet.

Au Bonheur des Dames : le retour d'Octave

Suite à un quiproquo avec son frère Jean venu au magasin réclamé une fois de plus de l'argent à Denise, et que l'on prend pour l'amant de cette dernière, elle perd son emploi sous l'impulsion de Jouve, l'inspecteur du magasin qui veille à faire respecter les bonnes mœurs. Denise travaillera chez un fabricant de parapluie puis chez Robineau qui a repris une affaire à son compte. Mais Mouret provoque la ruine de la maison Robineau en baissant brutalement ses prix. Il retrouvera par hasard Denise un an plus tard et s'apercevra que ses sentiments à son égard n'ont pas changé. Il la reprendra dans son magasin, et elle sera à nouveau la cible des employés. Il la conviera à un dîner où elle se rendra pleine d'appréhension et où elle refusera ses avances, alors qu'elle partage les mêmes sentiments. Bourdoncle, l'adjoint de Mouret, excite la jalousie de son patron en faisant courir le bruit que Denise multiplierait les amants. Il décide de s'expliquer de la chose avec Denise et l'entrevue patron/employé tourne vite à la scène de jalousie. Denise veut partir et Mouret la retient. Pour la persuader de rester au magasin il la nomme à la tête du rayon enfant. Elle finira par accepter sa demande en mariage... On suit l'évolution du magasin qui grandit à la manière d'un monstre tentaculaire pendant que les petites échoppes s'écroulent, victimes de leurs prix devenus prohibitifs. Il permet aussi d'avoir un aperçu des conditions de travail de l'époque et des relations patron/ouvrier séparés par une kyrielle de petits chefs arrogants et sadiques. Livre foisonnant qui résonnera toujours des clameurs des clientes du Au Bonheur Des Dames.
Après Au Bonheur des Dames, découvrez la suite de la saga avec La Joie de Vivre