La Bête Humaine : Jacques et la Lison

L'univers des chemins de fer est ici abordé avec force détails, le long de la ligne Paris/Le Havre. Deux personnages s'illustrent dans ce livre flamboyant : il y a tout d'abord Jacques Lantier, deuxième fils de Gervaise Macquart et d'Auguste Lantier. Il a hérité de la faiblesse des Macquart, des accès de fureur à l'origine de l'alcoolisme, et se plaint fréquemment de douleurs qui lui traversent le crâne. Il ne peut éprouver de désir pour une femme sans que celui-ci soit accompagné d'un irrésistible besoin de la tuer. Le second personnage important du livre est "La Lison", la locomotive dont il est le conducteur et qu'il considère comme une femme à part entière. Jacques sera élevé par sa tante, suivra les cours des Arts et Métiers et entrera comme mécanicien dans la compagnie de l'ouest. Il n'y a guère que dans sa locomotive que Jacques se sent bien, loin de toutes pulsions meurtrières. Un jour que La Lison va en réparation, Jacques se rend chez sa tante Phasie Misard dont le mari est garde-barrière dans le Nord de la France. Celui-ci empoisonne lentement sa femme, au jour le jour, en versant du salpêtre dans le sel, pour s'emparer d'un hypothétique magot de 1000 francs, qu'il ne trouvera finalement jamais.

La Bête Humaine : série de meurtres

Leur fille, Flore ne laisse pas Jacques indifférent et la réciproque est vraie. Mais les pulsions de Jacques se réveillent et il préfère s'éloigner de Flore. Jacques va être témoin d'un meurtre, celui d'un riche magistrat, Grandmorin, tué par Roubaud aidé de sa femme. La femme de Roubaud, Séverine, est à l'origine de cet assassinat. Elle est devenue la maîtresse de Grandmorin par reconnaissance envers celui-ci. Grandmorin l'a élevé, l'a marié à Roubaud et lui a offert une forte dote. Afin d'amener Jacques à garder le silence sur le meurtre dont il a été témoin, Roubaud pousse sa femme Séverine dans ses bras. Jacques innocentera les époux Roubaud à leurs procès. Séverine parviendra à se faire aimer de Jacques sans pour autant réveiller les pulsions de mort qui sommeillent en lui. Phasie Misard meurt finalement, son mari étant passé du salpêtre à la mort aux rats. Flore surprenant la relation entre Jacques et Séverine tentera de faire dérailler "La Lison" mais Jacques sortira indemne de l'accident. Flore se suicide peu après. Séverine heureuse avec Jacques encourage ce dernier à supprimer son inutile époux Roubaud. Elle réveille la bête meurtrière cachée au fond de Jacques qui se retournera contre elle et la tuera. C'est Roubaud qui sera condamné pour ce meurtre aux travaux forcés à perpétuité. Il ne restera que Jacques, survivant de tout ce carnage et ce gâchis. Sa fin arrive plus vite que prévu quand il se bat avec Pecqueux, un collègue cheminot, ivre. Lors de la bagarre les deux hommes tombent sur la voie et sont happés par un train rempli de soldats en partance pour le front de Prusse... La tare des Macquart fait à nouveau des ravages dans ce livre dans lequel les meurtres se succèdent avec fatalité et régularité. L'univers des Rougon-Macquart n'est décidément pas joyeux...

Après La Bête Humaine, découvrez la suite de la saga avec L'Argent